Pâte à pizza facile et délicieuse

La pizza est l’exemple parfait du plat simple et gourmand, dont la garniture s’adapte aux goûts et à ce qu’il reste dans le frigo. Mais comme pour tous les plats simples, il y a un ou deux détails importants. Une bonne pizza, c’est avant tout une pâte croustillante et savoureuse. Voici donc une recette de pâte à pizza facile et vraiment délicieuse qui ravira tout le monde.

Pâte à pizza facile et délicieuse

Ingrédients pour la pâte à pizza facile et délicieuse (pour 2 pizzas) :

  • 300 grammes de farine
  • 10 grammes de sel fin
  • 4 grammes de levure sèche de boulangerie
  • 1 cuillère à soupe d’huile de noisette
  • 20 cl d’eau tiède

Préparation de la pâte à pizza facile et délicieuse :

Mélanger le sel à la farine.

Verser la levure et l’huile dans l’eau tiède, puis bien mélanger (l’eau tiède va activer la levure).

Ajouter au mélange farine + sel et bien malaxer pendant 2 ou 3 minutes, puis laisser reposer 15 min.

Pétrir à nouveau pendant 2 ou 3 minutes, puis laisser reposer à température ambiante 5 à 6 heures (ou toute la nuit au réfrigérateur).

Préparez votre pizza en étalant la pâte sur une surface farinée (si elle était au frais, la sortir 1 ou 2 heures à l’avance sinon elle sera trop dure).

Garnir et cuire quelques minutes à four chaud (250 à 300°C idéalement).

L’huile de noisette apporte une note de rondeur à cette pâte ainsi qu’un arrière-goût qui la rend vraiment délicieuse…

Les produits utilisés dans cette recette :

Huile vierge de noisette

Huile vierge de noisette

Cette huile de noisette est bien plus qu’une huile, c’est un accompagnement à lui tout seul.

A la fois puissante et raffinée, elle associe une belle rondeur à un petit goût grillé qui rappelle les délices du praliné ainsi que le goût fin et boisé de la noisette.

C’est également une huile de cuisson extraordinaire au point de fumée élevé et qui apporte une richesse aromatique à vos viandes et légumes grillés.

Une petite touche de chef étoilé dans votre cuisine !

Acheter l’huile vierge de noisette…

Le vin de cerise Frederiksdal, un produit unique et gastronomique

Le vin de cerise Frederiksdal c’est tout d’abord l’histoire d’une amitié entre trois hommes : Harald Krabbe (agriculteur et propriétaire du domaine de Frederiksdal dans le Lolland, Danemark), Morten Brink Iwersen (Journaliste et critique spécialisé dans l’œnologie) et Jan Friis-Mikkelsen (chef et propriétaire du restaurant Tinggården proche de Helsinge).

Sur les terres de Harald des centaines de cerisiers florissaient chaque printemps et donnaient des fruits de grandes qualité chaque été. Mais pas n’importe quelle cerise, la variété Stevnsbær endémique de cette région du Danemark et également connue sous le nom de « raisin nordique ». Un jour, il y a plus de 10 ans maintenant, les trois hommes décidèrent d’apporter chacun ses connaissances et talents pour transformer ces cerises en vin.

Essayez d’oublier tout ce que vous savez sur le vin de raisin et ou sur le vin de cerise (qui est souvent une boisson préparée à partir de vin classique et de cerise).  Le vin de cerise Frederiksdal a ses propres saveurs et une subtilité unique. Il est ainsi impossible à comparer avec quoi que ce soit d’autre : vin rouge, porto, vin cuit…

En s’appuyant sur des méthodes de vinification connues depuis des siècles, mais aussi sur de nouvelles méthodes élaborées sur place spécialement pour la cerise, le domaine de Frederiksdal produit des vins uniques et équilibrés qui s’accordent aussi bien avec les mets sucrés que salés.

Chaque cuvée à sa méthode de vinification

Reserve : Ce vin élevé en fûts de chêne français et de porto est idéal pour accompagner des viandes rouges, le canard, le gibier. Voir le produit…

Rancio :  Le vin signature qui révèle le goût intense du sol, du soleil, de la chaleur et du froid de la région danoise du Lolland. Après la fermentation, le vin est mis à décanter dans des bonbonnes en verre de 25 litres et laissé dehors. Après un an à l’extérieur, le vin est mis à maturer à l’intérieur dans de vieux fûts de cognac de 450 litres pour une année supplémentaire, ce qui arrondit sa saveur avec des notes de caramel. Le Rancio est parfait avec les fromages riches en arômes. Il accompagne les viandes rôties, le gibier, le canard, les plats mijotés et le foie gras. C’est un vin qui peut être aussi apprécié seul car avec toutes ses nuances, le Rancio est en soi une expérience à part entière. Voir le produit…

Sur Lie : Inspiré de la méthode champenoise, ce vin est laissé reposer sur ses sédiments pour lui apporter davantage de corps et de fruité. Ce vin accompagne délicieusement le foie gras (qui change du traditionnel). Il accompagne également les fromages et dessert aux fruits rouges et au chocolat. La cheffe *** Anne-Sophie Pic et sa cheffe sommelière Paz Levinson apprécient tout particulièrement cette cuvée. Voici quelques accords réalisés avec le Sur Lie : foie gras, betterave et dessert au chocolat. Voir le produit…

Vintage 2018 : consacré meilleur millésime depuis leur création, le Vintage 2018 est la version la plus fruitée. Dans ce vin, la saveur des cerises Stevnbær est très intense. Cette cuvée accompagne parfaitement les fromages (brebis, vache, pâte persillée). Voir le produit…

Pétillant RØD demi-sec : Un pétillant demi-sec exceptionnel qui change de l’ordinaire en associant la poire Lucas et la cerise Stevnsbær, deux variétés de fruits issues du Lolland. Il accompagne avec élégance apéritifs dînatoires (charcuterie ibérique, tapas, fromage, foie gras) et desserts (fruits rouge, cheesecake, chocolat). Voir le produit…

LIKØR : La réinterprétation de l’authentique liqueur de cerise par Frederiksdal qui est une excellente base pour les cocktails ou à déguster seule. Alors que la liqueur traditionnelle de cerise est préparée à partir de jus, de sucre et d’alcool, dans la réinterprétation de Frederiksdal, les cerises Stevnsbær ont fermenté de façon naturelle immédiatement après la récolte, l’alcool de cerise est ajouté seulement après. Ce procédé apporte à la Likør des saveurs plus complexes et plus intenses. Voir le produit…

Frederiksdal-chateau
Pour les passionnés d’histoire et de patrimoine, le domaine de Frederiksdal remonte à 1305 et le château fut construit en 1756 et depuis constamment rénové.

Quelques distinctions :

  • Silver TEXSOM International Wine Awards 2019
  • Gold International Food Contest 2018
  • IFC International Food Contest 2018

Découvrez les autres producteurs exceptionnels dont les produits sont proposés sur Tentationnel…

Tarte aux asperges

Une manière délicieuse et originale de déguster des asperges.

Tarte aux asperges (crédit photo :  belgianchocolate on VisualHunt.com / CC BY-NC)

Ingrédients pour la tarte aux asperges (pour 6 personnes)

  • 1 pâte brisée
  • 20 à 25 asperges (plus ou moins selon la taille)
  • 3 oeufs
  • 20 cl de crème liquide
  • 30 g de parmesan (ou autre fromage râpé ou émietté)
  • 1 pincée de sel

Préparation de la tarte aux asperges

Préchauffer le four à 180°C.

Placer la pâte brisée dans un moule à tarte.

Séparer le blanc du jaune pour 1 oeuf et badigeonner le fond de tarte avec ce blanc, puis faire cuire 5 minutes au four (cela permet d’imperméabiliser le fond de tarte et d’éviter qu’il ne se détrempe avec l’eau des asperges).

Battre le jaune avec les 2 œufs restants, une pincée de sel, la crème liquide et le Parmesan.

Placer les asperges en soleil sur la tarte, les pointes vers l’extérieur. Recouvrir du mélange.

Cuire 35 min voire un peu plus, la tarte doit commencer à dorer légèrement.

Comment sublimer la tarte aux asperges ?

Un trait d’huile de noisette ou d’huile de noix dans la préparation, ou même juste à la sortie du four, apportera une dimension supplémentaire à cette tarte aux asperges.


Retrouvez toutes nos recettes et astuces de cuisine facile…

Lasagnes végétariennes

Les lasagnes sont un plat délicieux et choisie plusieurs année de suite comme recette préférée des Français ! Voici une version végétarienne et ultra gourmande…

Lasagnes végétariennes - (crédit photo cyclonebill on Visualhunt / CC BY-SA)

Ingrédients pour les lasagnes végétariennes

  • 5 tomates fraîches (ou 300 g de tomates pelées en boîte, à défaut)
  • 3 courgettes
  • basilic frais ou surgelé
  • 1 poignée d’herbes de Provence
  • 16 feuilles de lasagnes
  • 300 g de gruyère râpé (ou de mozzarella, selon vos préférences)
  • 200 g de purée de tomate (ou de coulis)
  • 5 oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 50 cl de béchamel ou (si on est pressé) de crème fraîche épaisse ou semi-épaisse
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à café de sucre en poudre
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive ou d’huile de noisette

Préparation des lasagnes végétariennes

Éplucher les oignons et les couper en morceaux pas trop fins. Éplucher et hacher les gousses d’ail. Les faire revenir avec l’huile dans une casserole pendant 5 minutes avec le sel et les herbes de Provence.

Rincer les courgettes (et les éplucher si elles ne sont pas bio). Les couper en rondelles.

Si vous utilisez des tomates fraîches, les éplucher (avec un épluche-tomate, c’est très rapide) et les couper en morceaux ou en tranches (ça va partir en purée de toute façon).

Ajouter les courgettes et les tomates dans la casserole. Laisser mijoter 5 minutes.

Ajouter la purée de tomates et la cuillère de sucre en poudre. Laisser mijoter à feu moyen 20 minutes.

Maintenant, on peut dresser les lasagnes dans un plat de cuisson (à bords assez larges) : 1 couche de lasagnes, 1 couche de préparation, 1 couche de basilic haché, 1 couche de béchamel ou de crème fraîche, 1 couche de gruyère, et ainsi de suite (en rajoutant une pincée de sel à chaque fois). L’idée est d’utiliser beaucoup de fromage sur la dernière couche.

Faire cuire 35 minutes à 180°C.

Servir bien chaudes avec une salade verte.

Sublimer les lasagnes végétariennes

Pour encore plus de saveurs, vous pouvez ajouter une gousse d’ail noir hachée, et 1 trait de vin de cerise pour des saveurs encore plus riches et subtiles.


Les produits utilisés dans cette recette :

Ail Noir : le secret des chefs étoilés…

Ail noir de la Drôme

L’ail noir est un aliment innovant et très bon pour la santé. Savoureux, gastronomique, un petit secret connu de quelques chefs qui va sublimer tous vos plats, de l’apéritif jusqu’au dessert !

L’ail noir est le résultat d’une transformation de l’ail blanc grâce à une longue cuisson à basse température de 30 jours. Celle-ci lui procure un goût délicat et subtil et une texture fondante.

L’ail noir séduit par ses notes aigres-douces, torréfiées, de fruits confits, de réglisse, de sous-bois, de vinaigre balsamique.

Usages (multiples) : vinaigrette, sauces, viandes, foies gras, poissons et crustacés, en toast avec du beurre salé, sucré avec le chocolat, les agrumes, l’abricot… en lamelle, écrasé, tartiné, mixé, en cuisson ou en cru… Faites jouer votre créativité !

Acheter l’ail noir…


Huile vierge de noisette

Huile vierge de noisette

Cette huile de noisette est bien plus qu’une huile, c’est un accompagnement à lui tout seul.

A la fois puissante et raffinée, elle associe une belle rondeur à un petit goût grillé qui rappelle les délices du praliné ainsi que le goût fin et boisé de la noisette.

C’est également une huile de cuisson extraordinaire au point de fumée élevé et qui apporte une richesse aromatique à vos viandes et légumes grillés.

Une petite touche de chef étoilé dans votre cuisine !

Acheter l’huile vierge de noisette…


Vin de cerise Sur Lie Frederiksdal : un vin exceptionnel et original !

Vin de cerise Sur Lie Frederiksdal

Le vin de cerise Frederiksdal est une merveille de finesse et de complexité. Oubliez les vins de fruits que vous connaissez, il s’agit ici d’un vin réalisé à partir de cerises et non d’un vin aromatisé. Ce vin est incomparable avec quoi que ce soit d’autre…


Au-delà de la complexité et de l’élégance des vins du domaine Frederiksdal, le vin de cerise Sur Lie possède énormément de profondeur, de relief et de corps. Ce vin très subtil s’accorde parfaitement avec les desserts, mais également bon nombre de plats salés (plats mijotés, gibiers, viandes grillées, foie gras). Sa personnalité unique en fait également un invité remarquable pour l’apéritif.

Un cadeau unique pour surprendre et ravir les amateurs de vin.

Offrir le vin de cerise Sur Lie Frederiksdal…


Retrouvez toutes nos recettes et astuces de cuisine facile…

Bien cuire les légumes

Les légumes sont délicieux, mais encore faut-il qu’ils soient bien traités ! La cuisson est une étape fondamentale de leur préparation et voici les quelques petites choses à connaître pour en retirer le meilleur…

Cuisson des légumes à la vapeur

C’est certainement la cuisson la plus saine, car elle préserve les nutriments (la vapeur se forme à 100°C et elle est déjà en-dessous lorsqu’elle parvient aux aliments). C’est aussi une excellente méthode de décongélation.

Pour cuire à la vapeur, on peut utiliser un cuit-vapeur (de préférence en inox, au moins pour les parties en contact avec les aliments) ou ce qu’on appelle une « marguerite », qu’on place dans une casserole avec un fond d’eau.

Avantages : simple, cuisson très saine (les aliments perdent moins de vitamines et de nutriments).

Inconvénients : un tout petit peu plus technique, à adapter au cuit-vapeur utilisé, risque de se brûler si on ne respecte pas les précautions d’usage (attention en soulevant le couvercle).

Cuisson des légumes à l’eau

C’est la plus courante. Pour les légumes, elle se fait départ à froid (les aliments sont placés dans l’eau froide avant de faire chauffer le tout). Ne faites pas cuire vos légumes comme des pâtes ou du riz en les plongeant dans l’eau bouillante !!! Sauf dans le cas où vous souhaitez juste les blanchir, c’est à dire les précuire avant une cuisson à la poêle ou avant une congélation.

Avantages de cette cuisson : simple, accessible à tous (il suffit d’une plaque de cuisson), plutôt saine, elle a l’énorme avantage de permettre l’assaisonnement des aliments en ajoutant sel, herbes ou épices dans l’eau de cuisson (ça change tout !).

Inconvénients : une partie des nutriments et des vitamines des aliments part dans l’eau de cuisson (les vitamines sont en général solubles dans l’eau). Ça ne pose pas de problèmes pour les soupes car on utilise alors l’eau de cuisson. L’astuce ? Une fois vos légumes cuits, garder l’eau de cuisson, qui est alors un bouillon de légumes (on peut la boire en entrée pour le repas du soir, ou l’utiliser pour cuire pâtes, semoule ou riz).

Si on veut conserver la couleur des aliments, notamment pour les légumes verts, on peut ajouter du bicarbonate dans l’eau et ne pas couvrir sa casserole (car la décoloration provient de l’oxydation des légumes, accélérée par le couvercle).

Cuisson des légumes à l’étouffée

C’est la même chose que la cuisson à l’eau, sauf qu’on ne plonge pas les aliments dans l’eau mais on les place dans le récipient avec un petit volume d’eau et on couvre le récipient. La cuisson se fait alors par diffusion de chaleur depuis le fond de la casserole vers la partie immergée des aliments, ainsi que sous l’effet de la vapeur qui va circuler dans la casserole.

Avantages : simple, accessible à tous, plutôt saine, permet également d’assaisonner les aliments.

Inconvénients : cuisson moins homogène qu’une cuisson à l’eau. Précautions à prendre : Placer suffisamment d’eau dans le récipient ! (et vérifier régulièrement pour en remettre si besoin)

Cuisson des légumes à l’autocuiseur (cocotte-minute)

C’est un peu la même chose que la cuisson à l’étouffée, mais avec l’effet de la pression en plus. Mettre l’intérieur sous pression fait monter la température jusqu’à 140°C, ce qui permet une cuisson plus rapide.

Avantages : rapide, conserve le croquant des légumes.

Inconvénients : nécessite un autocuiseur, risque de brûlure si on ne respecte pas les précautions d’usage, mais surtout perte de certains nutriments et vitamines du fait d’une température de cuisson plus élevée (plus de vitamines sont détruites par cette température).

Cuisson des légumes au four à micro-ondes

Le four à micro-ondes est bien pratique pour décongeler ou réchauffer des plats déjà prêts. Mais on peut aussi l’utiliser pour cuire des aliments. Après, on peut ne pas aimer la texture molle qu’il apporte (censée être en partie compensée par des fonctions qui apportent du croustillant, mais ces fonctions sont hélas d’une efficacité modérée…).

Avantages : très rapide, pratique pour décongeler.

Inconvénients : grosse perte de nutriments et vitamines, qui disparaissent presque toutes, problème d’homogénéité des cuissons car les ondes sont circulaires et répartissent la chaleur inégalement. Attention aux récipients et éviter plastique soupe et aluminium.

Cuisson des légumes à la poêle

Faire sauter les légumes à la poêle (ou au wok) dans un peu de matière grasse permet de développer les arômes des aliments (grâce à la fameuse réaction de Maillard, qui permet la création de particules caramélisées en surface des aliments) tout en gardant leur croquant et une partie de leurs vitamines.

Avantages : rapide, accessible (juste besoin d’une plaque de cuisson), permet des cuissons savoureuses, permet de conserver la texture des aliments et une bonne partie de leurs nutriments (si la cuisson est courte).

Inconvénients : la température peut monter très vite et faire brûler les aliments ou créer des particules nocives (lors que les aliments commencent à noircir), une cuisson longue à température trop élevée détruit une grande partie des nutriments. De même, si votre matière grasse de cuisson commence à fumer (avant même que vous ayez placé vos légumes dedans), elle a trop chauffé, il faut donc la jeter et recommencer. Idéalement, utiliser une huile qui tient bien la cuisson comme l’huile de noisette (qui apportera en plus une délicieuse rondeur à votre préparation).

Cuisson des légumes au four

C’est une méthode de cuisson qui permet une cuisson progressive et homogène des aliments. On peut l’adapter aux besoins (grill, cuisson lente…) d’autant plus facilement que les fours modernes proposent de nombreuses options (recettes intégrées, détecteur de brûlure, cuisson vapeur…). Des légumes de saison épluchés et rôtis au four avec un filet d’huile d’olive ou d’huile de noisette constituent un accompagnement (voire un plat) sublime !

Avantages : simple, souple, homogène (grâce à la chaleur tournante notamment), possibilité de cuisson à basse température.

Inconvénients : c’est une cuisson plutôt lente.

Sublimer les légumes

Quel que soit leur mode de cuisson, se régaler avec les légumes passe par le fait de les acheter de saison, et de bien les assaisonner ! Pour cela, pourquoi pas ajouter après cuisson un filet d’huile de noix (riche en omega 3) ou d’huile de noisette ? Ou ajouter un peu d’ail noir haché pour encore plus de saveurs et de bienfaits.

Maintenant que vous savez que les légumes ne se cuisent pas comme des pâtes, si vous appreniez à bien faire cuire des pâtes ?

Retrouvez toutes nos recette et astuces de cuisine facile…

Comment faire une bonne vinaigrette maison ?

La base d’une bonne salade, qu’elle soit verte, de crudités, de pâtes, de riz ou de pommes de terre, c’est une bonne vinaigrette. Et ça ne s’improvise pas !

Une bonne vinaigrette respecte la règle des 4 éléments…

  • 1 élément acide (vinaigre, jus de citron)
  • 1 élément salé (sel fin, sauce soja, pâte miso, nuoc mam)
  • 1 élément sucré (miel, jus ou pulpe de fruits)
  • 1 élément gras : huile, en particulier huile de noix, ou mélange d’huiles

Certains éléments peuvent être déjà présents dans un seul produit (par exemple, un jus de fruit peut apporter du sucre et de l’acidité, tout comme un vinaigre balsamique).

On peut également ajouter si on le souhaite un cinquième élément pimenté (moutarde, sauce piquante, wasabi, poivre…). Mais évitez autant que possible la moutarde ultra-forte, surtout si vous avez des invités. La majorité des gens n’aiment pas trop cette vinaigrette qui “arrache” et préfèrent quelque chose de plus subtil et plus doux.

La vinaigrette idéale

Comment préparer une vinaigrette maison ?

On commence par mélanger l’élément acide et l’élément salé, puis on ajoute ensuite l’élément sucré et l’élément gras pour faire une émulsion… En effet, le gras n’est pas miscible avec le reste, on n’obtient jamais une sauce totalement homogène mais juste des bulles de gras en suspension dans le liquide. Et quand on laisse reposer longtemps, le gras remonte à la surface et il faut mélanger à nouveau avant utilisation.

Il existe des “shakers à vinaigrette” qui permettent de composer votre vinaigrette et de l’avoir sous la main à tout moment. A choisir en verre, évidemment, car les matières plastiques peuvent contenir des substances nocives liposolubles (qui peuvent se libérer dans la matière grasse).

Comment la sublimer ?

La qualité de l’huile est primordiale ! L’huile de noix du moulin de la Veyssière est recommandée car 1) elle est sublime car légèrement toastée et parfumée et 2) elle regorge d’Omega 3, ces acides gras indispensables à notre santé. D’autres huiles contenant beaucoup d’Omega 3 sont l’huile de colza et l’huile de lin. Attention, ces huiles ne se cuisent pas et sont à réserver à l’assaisonnement !

Si vous avez votre dose d’omega 3 par ailleurs, vous pouvez opter pour l’huile de noisette, qui a -d’après certains- un arrière goût de gâteau.

Pour une vinaigrette festive, l’huile de noix et truffe apportera cette dimension dans un feu d’artifices de saveurs, tant cet accord noix et truffe (100% périgourdin) est harmonieux.

Pour l’élément sucré, craquez pour notre miel de sarrasin, un trésor de saveur et de bienfaits (il serait encore meilleur pour la santé que le miel de manuka !) ou pour nos autres délicieux miels bretons.

Et pour un vrai plus à la fois gustatif et nutritionnel, ajoutez à votre vinaigrette une gousse hachée du sublime ail noir, qui apportera à votre salade une dose d’umami (la fameuse cinquième saveur telle que la décrivent les japonais).

Quelques très bonnes recettes de vinaigrette

  • La vinaigrette basique : 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre, 1 pincée de sel (on mélange), 1 demi-cuillère à café de miel (on mélange), 2 cuillères à soupe d’huile de colza (on mélange) .
  • La vinaigrette méditerranéenne : 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique, 1 pincée de sel (on mélange), 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • La vinaigrette vitaminée : 2 cuillères à soupe de jus de citron, 1 pincée de sel (on mélange), 1 demi-cuillère à café de miel (on mélange), 2 cuillères à soupe d’huile de lin (on mélange),
  • La vinaigrette orientale : 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre, 1 cuillère à café de sauce soja (on mélange), 2 cuillères à soupe de jus de fruits de la passion (on mélange), 1 cuillère à soupe d’huile de colza et 1 cuillère à soupe d’huile de sésame ou de sésame grillé (on mélange), 3 cuillères à soupe de lait de coco (on mélange).
  • La vinaigrette onctueuse : 1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique, 1 demi-yaourt, 1 grosse pincée de sel,  (on mélange), 1 cuillère à café d’herbes de Provence, 1 cuillère à soupe de basilic haché, 1 gousse d’ail hachée finement (on mélange).

Et vous, quelles sont vos meilleures recettes de vinaigrette ? Envoyez-les nous à christophe@tentationnel.fr !


Les produits utilisés dans cette recette :

Huile vierge de noix

L’huile de noix est un produit emblématique du Périgord. Fabriquée grâce à un savoir faire ancestral depuis 1857, cette huile allie caractère et authenticité. Son côté légèrement toasté permet de sublimer son caractère tout en conservant sa rondeur.

Si elle sublime les crudités comme les légumes cuits, elle apportera une touche d’originalité sur une viande grillée. Et elle se marie merveilleusement avec le fromage de chèvre pour peu que quelques feuilles de salade s’invitent à la fête.

L’huile de noix est naturellement riche en acides gras poly-insaturés avec notamment des oméga 3 (environ 12%), qui lui confèrent un profil idéal pour l’assaisonnement.

Acheter l’huile vierge de noix…


Ail Noir : le secret des chefs étoilés…

Ail noir de la Drôme

L’ail noir est un aliment innovant et très bon pour la santé. Savoureux, gastronomique, un petit secret connu de quelques chefs qui va sublimer tous vos plats, de l’apéritif jusqu’au dessert !

L’ail noir est le résultat d’une transformation de l’ail blanc grâce à une longue cuisson à basse température de 30 jours. Celle-ci lui procure un goût délicat et subtil et une texture fondante.

L’ail noir séduit par ses notes aigres-douces, torréfiées, de fruits confits, de réglisse, de sous-bois, de vinaigre balsamique.

Usages (multiples) : vinaigrette, sauces, viandes, foies gras, poissons et crustacés, en toast avec du beurre salé, sucré avec le chocolat, les agrumes, l’abricot… en lamelle, écrasé, tartiné, mixé, en cuisson ou en cru… Faites jouer votre créativité !

Acheter l’ail noir…


Huile vierge de noisette

Huile vierge de noisette

Cette huile de noisette est bien plus qu’une huile, c’est un accompagnement à lui tout seul.

A la fois puissante et raffinée, elle associe une belle rondeur à un petit goût grillé qui rappelle les délices du praliné ainsi que le goût fin et boisé de la noisette.

C’est également une huile de cuisson extraordinaire au point de fumée élevé et qui apporte une richesse aromatique à vos viandes et légumes grillés.

Une petite touche de chef étoilé dans votre cuisine !

Acheter l’huile vierge de noisette…


Miel de sarrasin, mieux que le miel de manuka !

Miel de sarrasin

Mieux que le miel de manuka (et bien plus accessible), le miel de sarrasin et un vrai trésor de saveur et de bienfaits (antibactérien et surtout très riche en antioxydants).

Un profil aromatique puissant, une très grande richesse de saveurs, un miel extraordinaire !!! Avec une très belle longueur en bouche.

Offrir (ou s’offrir) du miel de sarrasin…


Huile vierge de noix et truffe

Huile de noix et de truffe

Un bonheur intense ! C’est ce que procure cette miraculeuse combinaison d’une huile de noix d’exception avec la truffe du Périgord.
Une grande richesse aromatique dans un enrobage de velours.

C’est évidemment un moyen de sublimer tout ce qui se marie bien avec la truffe d’habitude : des œufs, une purée de pommes de terre, des pâtes… Mais également un agréable petit luxe avec des crudités, des légumes, sur une volaille ou encore en léger filet pour apporter une profondeur aromatique dans un velouté de légumes.

Offrir l’huile de noix et de truffe…


Retrouvez toutes nos recettes et astuces de cuisine facile…

Idée cadeau pour Maman

Quel cadeau offrir à la plus douce des mamans ? Ou -plus simplement- à la vôtre ? Même si le regard d’une mère est en général bienveillant, il est fini le temps où elle se contentait d’un collier de nouilles ou d’un joli dessin qui allait rejoindre le carton de vos créations depuis la crèche, antichambre de la cave, puis d’une boîte plus grande avec un couvercle jaune.

A vous de lui rendre un peu de cette infinie douceur maternelle, ou en tout cas de lui montrer que vous voulez lui faire plaisir.

Huile d’amande : un trésor de douceur qui vous catapulte dans l’enfance… Un ingrédient magique en cuisine ! Offrez cette délicieuse huile d’amande…


Un ustensile de cuisine : et puis quoi encore ? A moins que vous vouliez qu’elle s’inscrive aux qualifications pour le Meilleur Pâtissier et qu’elle risque l’accident cardiaque devant les épreuves techniques de Mercotte, nous vous conseillons d’éviter les ustensiles… D’une part parce qu’en général elle a déjà tous les ustensiles de cuisine dont elle a besoin (et donc il y a fort à parier que celui que vous lui offrez prenne la poussière dans un placard), d’autre part parce qu’un ustensile, c’est très personnel et en général elle en aurait préféré un autre…

Un foulard, une écharpe, un bonnet, un accessoire. Soyons honnêtes… Vous et votre mère n’êtes pas de la même génération. Il y a donc une probabilité assez forte que vous ayez des goûts différents en la matière. Et donc à moins que votre mère soit une collectionneuse de foulards (ou de carrés Hermès, soyons fous !), il y a des risques que votre cadeau soit plus une contrainte (celle de le porter de temps en temps lorsque vous la voyez) qu’un réel plaisir.

Un cours de cuisine ? Un dîner pour deux dans un excellent restaurant ? Ce sont de bonnes idées, mais qui ne prennent pas beaucoup de place au pied du sapin. De plus, si votre mère est un cordon bleu et si elle est un peu susceptible, il y a toujours un risque qu’elle ne prenne pas totalement positivement un cadeau qui pourrait laisser penser qu’elle a besoin de progresser en cuisine ou qu’elle mangera mieux dehors qu’à la maison…

Mais alors, quel est le cadeau idéal pour une maman ?

On ne peut pas dire que l’huile d’amande est douce, ou même qu’elle amène de la douceur, elle EST la douceur. Une douceur qui vous propulse dans l’enfance, une machine à remonter le temps, quelque part entre la frangipane de la galette des rois et l’odeur enivrante de la colle Cléopâtre (que celui qui n’a jamais eu envie de la goûter me jette la première pierre de pyramide). Et cette huile d’amande, au-delà du simple plaisir d’en respirer l’enivrant parfum, est une arme secrète en cuisine. Un petit secret qui restera entre elle et vous et qui réjouira les papilles de toute la famille (sauf si elle décide de la garder pour elle, ce qu’on ne saurait lui reprocher).

Si vous ne l’avez pas déjà lue, consacrez donc quelques minutes à l’histoire d’Annabelle et le Noël vegan, petite fable moderne qui vous montrera à quel point cette huile d’amande peut s’avérer précieuse.

Autre idée somptueuse (en toute impartialité), l’ail noir de la Drôme. On le sait, l’ail est un aliment bienfaisant pour notre santé : il fait baisser la tension et jouerait un rôle protecteur contre de nombreuses maladies et contre les microbes. Mais là, ce n’est pas juste de l’ail, c’est de l’ail noir, confit 30 jours à basse température pour développer tous ses arômes et sa douceur si particulière, on lui prête des nombreuses vertus : excellent pour le cœur, antioxydant, riche en minéraux, en flavonoïdes en polyphénols en vitamines C et E… On en parle comme le “nouveau trésor d’Asie”. Et en plus, celui-ci vient de la Drôme et il est encore plus riche en principes actifs que celui du Japon. Mais surtout, c’est vraiment délicieux en accompagnement d’une salade, de crudités, ou même d’une viande… C’est un condiment tout en douceur, d’une finesse hors du commun. De quoi réconcilier avec l’ail quiconque aurait peur pour son haleine. Une petite merveille, tout simplement !

Pour achever de vous en convaincre, penchez-vous donc quelques instants sur le désenchantement de Maya…

Idée cadeau pour Maman : un cadeau gourmand !

Consultez notre guide des cadeaux de Noël pour les autres membres de la famille ou amis…

Idée cadeau pour votre époux ou compagnon

On pourrait penser qu’il est facile de satisfaire un homme… Pour commencer, il vous a -vous- et c’est déjà une chance ! Mais ça n’est pas une raison pour manquer une occasion de lui montrer que vous l’aimez et que vous voulez lui faire plaisir. Mais comment tomber juste ?

Cadeau de Noël époux ou compagnon

Un vêtement ? Un accessoire ? Oubliez la cravate, ça ne se fait plus trop ou ça fait partie (de plus en plus rarement) de l’uniforme lié au travail. Et qui a envie de recevoir un cadeau qui lui rappelle le travail ? Bon, le gros pull tricoté main, si vous avez vu Le Père Noël est une ordure, vous savez déjà qu’il vaut mieux éviter. Et puis un vêtement, ça n’est pas forcément très festif. Surtout que de deux choses l’une : soit votre conjoint met un point d’honneur à s’habiller de manière élégante et à choisir son style, auquel cas ne luis faites pas l’affront de choisir un vêtement pour lui, soit ça n’est pas quelque chose de fondamental… Voire il vous laisse choisir la plupart du temps ! Lui offrir un vêtement n’aurait rien d’autre que le goût de l’ordinaire, ce qui est peu excitant pour un cadeau…

Un billet pour Eurodisney ou le Parc Astérix ? Ah ah, bien essayé. Le traquenard pour qu’il emmène les enfants toute la journée pendant que vous ferez autre chose (d’agréable et reposant si possible). Allons, allons… C’est un cadeau pour les enfants ou les neveux / nièces, pas pour lui.

Un parfum ? Si c’est le sien, encore une fois, ça n’est pas très surprenant. Si c’est un nouveau parfum, le message peut être mal perçu : “je n’aime pas ton parfum” (ce qui peut être mal vécu) ou -pire- “un peu de parfum te, me, nous fera du bien” !!! Pas très positif pour une occasion festive, vous en conviendrez.

Un DVD ? Entre les 550 chaînes de télévision disponibles et Netflix, qui s’en sert encore ? Bon, passe encore s’il vous reste un lecteur dans le salon. Mais rappelez-vous, la loi de Murphy veut que lorqu’on offre un DVD, la probabilité que le film offert passe à la télévision dans les deux semaines devient soudain gigantesque (et c’est le cas depuis la préhistoire, c’est à dire l’époque des cassettes VHS).

Faites-nous confiance, le meilleur moyen de ne pas se louper et ne pas décevoir, c’est d’offrir un produit infiniment gourmand…

L’huile de noix et de truffe du Périgord : un produit de luxe, un produit exceptionnel pour un homme exceptionnel (c’est une bonne manière de le lui présenter). Bien mieux qu’une huile de truffe, bien mieux qu’une huile de noix seule, c’est un produit tout simplement exceptionnel. Et au passage, s’il fait plus honneur aux frites qu’aux légumes vapeur, c’est l’occasion de l’aider à faire un peu évoluer ses habitudes alimentaires tout en augmentant le plaisir !

En plus, l’huile de noix et de truffe peut parfois vous sauver la mise, comme elle la fait pour Jonathan ! Découvrez son histoire…

Le chocolat Oialla 72%. Parce que c’est la preuve de votre grande finesse. Parce que c’est un produit rare qui va flatter son côté aventurier : la fève Beniano est une fève sauvage recueillie au fin fond de l’Amazonie et qui demande plusieurs jours de voyage en pirogue au milieu des piranhas et des crocodiles pour la récupérer. Parce que c’est l’un des meilleurs chocolats au monde, doux, équilibré, d’une richesse aromatique extraordinaire. Et parce que c’est une raison de plus pour l’embrasser !

Découvrez comment Alia, qui ne pensait aimer que le chocolat au lait, a changé d’avis sur le chocolat noir grâce au chocolat Oialla 72%…

Consultez notre guide des cadeaux de Noël pour les autres membres de la famille ou amis…

Idée cadeau pour votre épouse ou compagne

Choisir un cadeau de Noël pour sa compagne ou épouse n’est pas forcément simple, surtout que c’est une question qui se pose tous les ans. C’est compliqué si elle ne vous a pas dit ce qui lui ferait plaisir… Et c’est encore plus compliqué si -lorsque vous lui avez demandé ce qu’elle aimerait- elle vous a répondu “Surprends-moi !”. Ou encore “juste une babiole, ça n’est pas important”. Des mots qu’il vaut mieux ne pas prendre au premier degré.

Dans tous cas, les attentes sont importantes. Et même dans l’hypothèse (peu probable) où elles ne le seraient pas, il vaut mieux être prudent et prévoir quelque chose d’adapté.

Idée cadeau pour épouse ou compagne

Des vêtements ? Il n’y a rien de plus subjectif que les vêtements… Prenez le pull moche de Noël, avec un gros dessin pas très joli : c’est le symbole du cadeau déceptif. Mais la notion de “moche” ou même de “pas très joli” est quand même assez subjective, suffisamment pour qu’un vêtement constitue une prise de risque bien trop importante. Et si en plus vous vous trompez dans les tailles : trop petit, Madame ne rentre pas dedans et elle va avoir l’impression d’avoir grossi, ou encore pire : trop grand ! Là elle va penser que vous la voyez plus volumineuse qu’elle n’est. Dans les deux cas, ça n’est pas le meilleur moyen pour instaurer une ambiance de Noël chaleureuse.

Les bijoux rentrent eux aussi dans la catégorie du subjectif, mais un subjectif mieux toléré. Un joli bijou sera en général apprécié, même si Madame ne le met qu’à la maison (ou pour vous faire plaisir). Mais cela a un prix, si vous ne voulez pas qu’elle le trouve vraiment cheap.

Un livre peut être un bon choix… Mais il faut qu’il lui plaise ! Souvent, lorsqu’on a très envie de lire un livre, on l’achète… Car un livre n’a -sauf exceptions et enluminures du XIVème siècle- pas forcément un coût élevé. D’ailleurs souvent les “beaux livres” (ceux qui prennent la poussière dans la bibliothèque et finissent à la cave) sont les plus chers alors qu’ils sont les moins lus. Donc à moins d’avoir LA bonne idée de livre (difficile de tomber juste tous les ans), mieux vaut imaginer autre chose.

La seule solution viable, fiable, valable et indéniable, c’est d’offrir un produit alimentaire d’exception. Pas un produit bling-bling qui va coûter cher du fait de son emballage ou de sa marque (si vous l’avez acheté chez Fanchon, chez Audiard ou chez Dannoyau…), mais un vrai bon produit au goût extraordinaire, produit par des gens qui méritent le plus grand respect pour leur manière de travailler et la qualité de ce qu’ils font.

Ainsi, nous ne saurions trop vous suggérer :

L’huile vierge de noisette : un véritable moment de douceur. Si elle cuisine déjà particulièrement bien, cette huile va la faire passer au statut de déesse de la cuisine, tant elle permet de sublimer de nombreux plats. Si elle n’est pas la reine des fourneaux, cette huile va lui permette de faire des miracles malgré tout. Dans les deux cas, vous ferez partie des heureux bénéficiaires indirects de ce cadeau. Et si elle ne cuisine pas du tout, cette huile reste miraculeuse pour accompagner des plats ultra-simples : crudités, légumes cuits, viande froide et autres préparations rapides.

Découvrez comment cette huile a su redonner à Martin le goût de l’enfance (et des légumes, ce qui n’était pas gagné).

Le chocolat Oialla à 78%. Déjà parce que c’est un chocolat fabuleusement bon… Et rien que ça, c’est déjà beaucoup ! Mais aussi parce que pour un chocolat noir (que certains appellent “amer”, ce qui est totalement faux dans ce cas), il est doux, très doux. Et il procure en bouche un plaisir digne des meilleurs aliments de ce bas-monde (sans doute parce qu’il en fait partie). En lui offrant cette petite tablette, vous lui montrez que vous la voyez comme une femme belle, élégante, raffinée, qui sait apprécier lorsqu’on lui offre juste ce qu’il y a de mieux. En toute simplicité.

Vous pourrez au passage lui conter l’histoire de Nadège, qui se pensait plus forte que les plaisirs chocolatés…

Consultez notre guide des cadeaux de Noël pour les autres membres de la famille ou amis…

Que faire avec de l’huile de noisette ?

L’huile de noisette apporte énormément de rondeur et de saveur, grâce à son goût si caractéristique de noisette légèrement torréfiée… Vous pouvez en ajouter sans problème sur un aliment chaud juste avant de servir (légumes, viande, poisson, etc.).

Vous pouvez également l’utiliser comme huile de cuisson car elle a un point de fumée élevé (plus de 200°C) et elle apporte un très agréable supplément aromatique grâce à sa rondeur et ses notes boisées. Elle remplace avantageusement le beurre en cuisson.

L’huile de noisette en entrée

  • Une salade sucrée-salée sera sublimée par sa rondeur et réhaussée par sa saveur toastée.
  • En vinaigrette, associée à un vinaigre de cidre ou à du jus de citron (sans moutarde ni quoi que ce soit de trop fort, ce qui serait dommage)
  • Dans un ceviche sucré-salé, l’huile de noisette est toute indiquée.
  • Remplacez l’huile d’olive par notre huile de noisette avec les antipasti. Vous nous en direz des nouvelles !
  • Dans un velouté de courge, de potimarron ou une soupe de carottes, un filet d’huile de noisette est une idée fantastique.

L’huile de noisette en plat

  • Avec les légumes quels qu’ils soient, c’est un bonheur pour le repas.
  • Vos pommes vapeur vont bouillir de bonheur si vous leur ajoutez un filet d’huile de noisette au moment de servir !
  • N’importe quelle salade sera adoucie et améliorée par le côté rond et fruité de l’huile de noisette. Et si vous ne l’avez jamais testée, c’est l’occasion d’essayer la « salade d’herbes » qui se compose d’un tiers de salade mais surtout de deux tiers (ou au moins la moitié) d’herbes fraîches (menthe, aneth, estragon, persil, cerfeuil…) : pour une salade réellement exceptionnelle.
  • Une poêlée de champignons sera sublimée par le goût boisé et légèrement grillé de l’huile de noisette.
  • Une purée de potiron, de potimarron ou de patate douce sera réellement sublimée par cette huile de noisette, qui ajoutera de la rondeur et de la douceur au goût légèrement sucré de la purée. Un délice !!!
  • Faites revenir vos viandes ou vos légumes dans de l’huile de noisette pour bénéficier de sa richesse aromatique.

L’huile de noisette en dessert

  • A la place du beurre fondu dans n’importe quel dessert, quel délice !!!
  • Si vous avez une petite faiblesse pour la pâte à tartiner chocolat-noisette, vous adorerez utiliser l’huile de noisette avec du chocolat dans vos pâtisseries…
  • Quelques gouttes dans une salade de fruits ou sur un carpaccio de mangue… MIAM !!!
  • Un filet sur un gâteau un peu sec ou rassis lui apportera un surcroît de vie !
  • Sur une tarte au poire juste sortie du four, l’huile de noisette est un plaisir rare…
  • Mélangée à une crème pâtissière refroidie, l’huile de noisette lui conférera un arrière-gout raffiné de praliné qui fera fondre les invités…

Recettes avec l’huile de noisette :

Si vous n’avez jamais goûté l’huile de noisette du Moulin de la Veyssière, vous ne savez pas ce que c’est qu’une vraie bonne huile de noisette, ronde et gourmande…

Connaissez-vous notre huile de noix et de truffe du Périgord ? Une sublime découverte qui prouve que parfois 1+1 = beaucoup plus… Découvrez comment l’utiliser en cuisine (pour un réveillon par exemple !)…